L’accumulation par les affects

Étude sociale d’une logique première

D’une main de maître, III

Une contradiction dans la fabrique de nos sociétés commence à sourdre de manière plus éclatante à mesure des progrès de la technique. La productivité accrue des machines devrait libérer du travail, qui est pourtant le principal accès aux richesses économiques. Pourquoi l’époque d’une intelligence artificielle menaçant d’obsolescence jusqu’aux emplois de bureau est précisément celle où l’on travaille collectivement le plus ? Comment le mouvement d’émancipation du travail a renforcé la dépendance de la société à la forme salariale ? C’est en apportant un éclairage neuf sur la philosophie de Karl Marx que nous pouvons espérer des réponses plus nuancées. Loin d’un nouveau stade du capitalisme, c’est plutôt une logique première qui est mise au jour : l’accumulation des travailleurs par les affects.

Pages : 320

Format : 10,8 x 17,5 cm

ISBN (papier) : 978-2900033098

Date de parution :

Tags : Marx, capital, capitalisme, travail, Gorz, otium, machine, automate